L'espace des mÔmes

Site d'éveil et de créations artistiques ... pour créer jOli et colorer le mOnde
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Henri Rousseau dit "Le Douanier" et l'art naïf

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
irOise
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 99
Age : 52
Emploi/loisirs : Artiste peintre
Date d'inscription : 17/08/2007

MessageSujet: Henri Rousseau dit "Le Douanier" et l'art naïf   Dim 28 Oct - 2:10

L'art naïf existe depuis toujours. Mais avant l'apparition de Henri Rousseau, dit le Douanier, à la fin du XIXème siècle, cet art n'avait pas de nom et était ignoré.
Depuis, les historiens d'art y ont accordé une attention grandissante. Le fait que cet art réponde à un besoin de l'être contemporain, quel qu'il soit, homme ou femme, paysan, artisan ou bourgeois, en résumant les valeurs qu'il a déjà oubliées ou qu'il est en train d'oublier, présente en effet un grand intérêt.
Mais comment distinguer l'art naïf de l'art officiellement admis, de l'art accadémique ?
Alors que les peintres accadémiques adoptent l'une ou plusieurs des formes et des techniques existantes que d'autres ont imposées, seuls les peintres naïfs partent tous d'une même base: une expérience instinctive, franche et spontanée du monde qui les entoure.
S'ils s'écartent de cela et qu'ils adoptent des formes et le langage accadémiques, les peintres naïfs cessent d'être naïfs. L'ignorance ou la négation des règles de la logique et de l'art accadémique, la liberté, la spontanéité et l'humanisme sont les qualités essentielles des naïfs.
Ignorant toute notion d'intellectualité, ils ne sont préoccupés ni par les problèmes de la lumière, ni par l'étude des volumes, ni par aucun procédé. La souveraine bonne conscience de la peinture naïve la rend étrangère à tous les cataclysmes artistiques, sociaux, spirituels déchaînés ces dernières années.

Les peintres naïfs peuvent être regroupés en deux tendances bien spécifiques: les super-réalistes, qui possèdent une technique similaire à celle des hyper-réalistes - c'est à dire qu'ils copient farouchement la réalité - et les Visionnaires, plus proches des surréalistes - c'est à dire qu'ils créent un dessin relevant du surnaturel et du fantastique.

L'inspiration des peintres naïfs est souvent inattendue, passant de sujets totalement anecdotiques à des scènes bibliques, historiques, comme mûs par un impérieux besoin de donner des assises, des racines à leur existence. Ils ont le goût des légendes, des jungles, des fauves et trouvent en eux, dans un voyage immobile, cette notion de liberté vitale aujourd'hui.

Il existe dans la peinture naïve des similitudes avec les dessins que peuvent réaliser quotidiennement certaines personnes. Ainsi, comparer les oeuvres d'enfants et d'artistes naïfs laissent souvent entrevoir des affinités profondes.
Toutefois, dans l'évolution s'amorce une divergence croissante qui aboutit finalement à une rupture totale.
Les dessins et les peintures d'enfants sont les produits d'une phase transitoire; les impulsions diminuent avec le développement de l'enfant et l'acte de création cède généralement la place à une conception rationnelle délibérée.
L'oeuvre de l'artiste à, quant à elle, le pouvoir de survivre. On a aussi rapproché les oeuvres des peintres naïfs et celles des fous. On a mélangé allègrement écritures et styles, même si elles ont en commun symbolisme et magie. En fait, de nombreux artistes naïfs de premier plan flottent dans les limbes, entre illusion et réalité. Ils comptent au nombre des derniers individus qui possèdent encore la liberté de s'émerveiller et de donner forme à cet émerveillement.

En définitive, chaque jour qui passe, l'art naïf acquiert une vitalité nouvelle, dûe à sa variété autant qu'à sa richesse. Cette peinture, toute de spontanéité, nous fait ressentir une émotion, une chaleur qui nous permet de rêver à un monde meilleur. Elle ne cesse de nous apporter, dans un univers perturbé, tout à la fois fraîcheur, bien-être et air de fête.

Henri Rousseau

Henri Rousseau est né en 1844, à Laval, dans la Mayenne. Il était peu connu car sa vie était trop banale. Il n'intéressait presque personne.
C'est un élève médiocre, sauf en dessin et en musique: il aimera toujours jouer du violon. Complice d'un petit vol, il s'engage dans l'armée pour éviter la prison.
Plus tard, il laissera entendre qu'il a fait la guerre au Mexique, qu'il a vu des forêts vierges et des fauves ! Mais en vérité, durant toute son existence, il ne connaîtra que la région d'Angers et d'Île-de-France.
A partir de 1871, il travaille et vit à Paris. Sa femme mettra au monde 7 enfants; deux seuls survivront.
En 1884, il décide de copier des tableaux au Louvre. Cela devient une vrai passion, un rêve fou: il a maintenant l'ambition d'être un grand peintre. Malgré son faible salaire, il loue un atelier d'artiste et, malgré son peu d'expérience, il expose au Salon des Indépendants, où n'importe qui peut accrocher ses toiles.
Les siennes sont plutôt grandes et c'est aussi pourquoi on les remarque. Et presque chaque année jusqu'à sa mort, il montre ses peintures au public.
Quelques peintres apprécient les qualités de ses couleurs, mais la foule se moque, rigole et danse devant ses tableaux. On les trouve ridicules. Un écrivain célèbre en achète un pour son musée des Horreurs.
Mais le Douanier Rousseau (appelé ainsi car il travaillait au bureau des douanes aux portes de Paris) se moque de ces remarques. Il est sûr d'avoir raison. Il va jusqu'à répéter qu'il est le fort des peintres de son époque. De jeunes écrivains commencent à dire du bien du Douanier, mais il vend peu de tableaux et, à bas prix!
Il est couvert de dettes.
En 1908, un ami organise la première et la seule exposition particulière de Rousseau. Malheureusement, personne ne vient, car on a oublié d'écrire l'adresse sur les invitations!
Le jeune Picasso, qui a acheté un tableau du Douanier, donne un banquet dans son atelier du Bateau-Lavoir, en l'honneur de Rousseau. Il y a là des Américains, amateurs d'arts, qui feront connaître le Douanier aux Etats-Unis. Il meurt en 1910.
Un tiers de son oeuvre va disparaître, détruite, perdue, car on n'y attache pas d'importance. Quelques tableaux seront retrouvés, des dizaines d'années après la mort du peintre.
Aujourd'hui, il est respecté dans le monde entier, et c'est le plus connu des peintres appelés "naïfs"

Voici quelques unes de ses toiles




Artiste

_________________
°~° Pour créér jOli et colorer le mOnde °~°
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Henri Rousseau dit "Le Douanier" et l'art naïf
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Megazine 3 : un "flip album"
» [Résolu] Logiciel Freeware "Papier peint"
» MA NOUVELLE VITRINE POUR MES "PETITS TRAINS".
» Portes ouvertes club "Le Rail" Lausanne - Suisse
» [Résolu] OE6 : adresse "reply-to" fantôme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'espace des mÔmes :: Regards sur l'Art :: Une visite au musée et/ou d'un atelier-
Sauter vers: